• AG 2015 rapport moral

    ASEMBLEE GENERALE de l’AREL du 20.11.2015.

     

     

    Mot d’accueil du Président :

    Bonsoir Mesdames et bonsoir Messieurs. Avant toutes choses, je voudrais vous dire combien les problèmes que nous allons évoquer ce soir vont paraître anodins banals et dérisoires  par rapport aux atrocités du week-end dernier, aussi je vous demande d’observer quelques instants de recueillement afin d’honorer la mémoire des victimes des attentats qui ont lieu à Paris et nous pouvons y associer celles de l’accident ferroviaire d’Eckwersheim….Merci

     

    Permettez moi, chères adhérentes et chers adhérents,  de vous saluer au nom de notre comité. Nous sommes heureux, malgré les circonstances, de vous accueillir ce soir dans cette salle mise à disposition par M le Pasteur, merci M le Pasteur, où nous avons le privilège de recevoir nos invités : M Armand Jung Député, M Eric ELKOUBY Adjoint au Maire et conseiller départemental qui représente le Maire de Strasbourg, Mme Martine JUNG conseillère municipale et départementale, M Jean Emmanuel ROBERT, conseiller municipal mais aussi membre de notre association puisqu’il habite notre quartier. Mme Catherine CHRISTOPHE directrice de la Maison d’Arrêt, M Eric COSTES directeur projet fibre chez Orange, M Julien POUPINET directeur de l’agence commerciale DALKIA et M Vasil YANEV de la même société. Sont excusés : M Jean François ILLY DDSP et son Adjoint M Jean HAYET, Mme la DG.A chargée de la sécurité à la ville de Strasbourg, Madame la Présidente de Ellesaussi

     

    Avant d’entrer dans le vif du sujet, je voudrais rappeler le rôle historique et essentiel de l’AREL dans notre quartier. L’association défend les intérêts des habitants que ce soit dans le domaine de la sécurité,  de l’insécurité, de la tranquillité publique, de l’aménagement, du cadre de vie. Elle  participe, selon les thèmes proposés, aux ateliers territoriaux et autres actions organisées par la ville ou par le CSC. L’AREL est toujours attentive aux doléances de ses adhérents. Faire entendre la voix de ses membres en agissant comme une courroie de transmission, en communicant dans plusieurs directions, en informant des partenaires privilégiés que sont les élus, en alertant les administrations et en  interpellant l’une ou l’autre société.

     

    Ces échanges nous permettent de faire passer des messages même si trop rarement, à notre goût,  nous obtenons satisfaction. Toutefois, le but recherché est généralement  atteint, se faire entendre, provoquer une réaction de l’interlocuteur, faire savoir que nous existons et que nous avons des besoins. Sans l’AREL, première association du quartier ? (170 familles membres en 2015 soit 500 personnes environ, plus 70% en deux ans), il y aurait un vide dans le quartier j’en suis convaincu, moi qui ne suis qu’un relais parmi les présidents qui se sont succédés.

    Nous avons deux outils de communication, notre site : arel.eklabolg.com dont le web master n’est autre que le vice Président, Michel WITASSE, qui est absent ce soir pour cause de congés, et le téléphone portable 06.19.81.94.76

     

    RAPPORT MORAL

     

    Cette année nous n’allons pas procéder comme l’an passé, je n’ai pas souhaité en accord avec mes collègues, faire un état des lieux précis sur ce qui va et ce qui ne va pas. Pourquoi ? Et bien tout simplement parce que peu de choses bougent à l’Elsau ; les motifs de satisfaction sont rares, en tous cas aux antipodes de certaines annonces qui ont été lancées et qui sont devenues au fil du temps, des archives. Certes très récemment, la société Orange associée à notre Adjoint de quartier est venue « inaugurer l’arrivée de la fibre optique à l’Elsau, nous vous en remercions M. le Directeur et vous aussi M l’Adjoint ; certes la sortie de la société ELIS, rue Raphaël, est en cours d’aménagement, merci encore M l’Adjoint, mais au-delà de ces deux sujets de satisfaction en cours d’aboutissement, il y a quoi ?

     

    Ah oui, l’ex magasin Leclerc aurait trouvé un repreneur mais derrière les bâches il ne se passe rien, c’est l’immobilisme. Sur une interruption qui devait durer le temps d’un week-end, nous en sommes au 8ème mois. Bien sur nous sommes conscients des efforts déployés par  notre Adjoint de quartier dans ce dossier. Toutefois notre patience à des limites et plus l’attente est longue moins les gens y croient  et il faut les comprendre.

     

    Certes le climat d’insécurité autour de la Maison d’Arrêt s’est amélioré mais depuis quelque temps on est dans une situation de « routine » et c’est compréhensible, la police qui a noué des relations privilégiées  avec les riverains ne peut être présente en permanence ce qui permet encore à des individus de venir effecteur leurs lancers et tout dernièrement accompagnés d’un pitbull. Et si l’on doit parler aujourd’hui de la maison d’arrêt en termes de projet ce n’est pas seulement en évoquant la rehausse des filets anti projectiles, qui d’ailleurs n’est toujours pas mise en place, mais en envisageant son transfert vers un lieu plus adapté qui prendrait en compte les critères de sécurité et de tranquillité, il faudra sérieusement y songer.   

     

    Les quelques points en cours de réalisation ou d’achèvement, voire  à l’état de projet, que je viens de citer sont trop rares et inconsistants pour combler nos attentes et nos espérances. Mais ce qui est le plus inquiétant dans cette énumération, c’est que du côté de la ville ou de l’Eurométropole, peu de projets ou de nouvelles se concrétisent, je citerai  pour exemple :

    -la rue Michel Ange dont le projet aurait dû être présenté aux riverains

    -le cycle des feux tricolores à la sortie du quartier qui devait être revu avec le SIRAC

    -la croissance non maîtrisée des platanes, avenue Pigalle (oublié le constat du Maire)

    -la ferme du 40 rue de l’Unterelsau dont le dossier était prêt, il ne restait qu’à l’ouvrir… ne parlons même pas du transfert de  la médiathèque en ces lieux…

    -les berges de l’Ill mal entretenues ne voient pas de projet (parcours sportif ou autre) poindre à l’horizon notamment dans le cadre du PNU.

    -la propreté du quartier pour laquelle nous sommes obligés de demander votre intervention

    -le chauffage urbain pour lequel une convention a été signée avec la municipalité et dans laquelle on prévoit une baisse de la TVA de 20% à 5.5%. Or, non seulement elle n’est pas appliquée, (il est vrai qu’elle doit prendre effet lorsque l’usine d’incinération du Rohrschollen sera fonctionnelle) mais ce qui a surpris les abonnés, c’est l’augmentation des taxes fixes plus de 35%. Ce qui veut dire que DALKIA anticipe largement la baisse de la TVA sur la fourniture d’eau chaude en accroissant les frais fixes.     

    La liste que je viens d’énumérer a été établie sur la base du CR de l’AG 2014, elle est loin d’être exhaustive, elle dénote une inertie totale, sur ces points, des élus et ou des services concernés.

     

    Or pendant ce temps, tout le monde le constate, la précarité sociale du quartier ne faiblit pas, hélas !!! Et il est tout à fait normal que certains citoyens qui font le même constat que nous, se lamentent, tiennent des rumeurs et engagent des polémiques stériles sur l’abandon du quartier. Comment pourrait il en être autrement quand on sait que :

    -nos taxes locales sont aux mêmes niveaux que les quartiers les plus huppés de notre ville. De surcroît, elles ont subi la même augmentation 

    -nos biens immobiliers font l’objet d’une moins value de 20 à 30%

    -nous subissons incivilités et insécurités dont les feux de véhicules sans pouvoir être assurés de la tranquillité publique dont les autres quartiers que je viens d’évoquer bénéficient. J’en veux pour preuve les incidents qui ont amené la CTS à arrêter le trafic bus et tram, le 31.10.2015 mais aussi les victimes de tapage qui attentent en vain, une hypothétique intervention de la Police ou encore de locataires qui vivent dans la peur de représailles (rue Rembrandt) et subissent la négligence de certains autres locataires. Au passage, merci M l’Adjoint d’être à l’origine de la réunion avec la direction de la SIBAR. Et que dire des rodéos de cyclos, de quads et de voitures dont je parlerai ultérieurement.

     

    Mais heureusement, on entendra parler ce soir certainement de l’Agence Nationale pour le Renouvellement Urbain (abréviation ANRU). Cette rénovation urbaine dont pourrait bénéficier le quartier de l’Elsau et dont l’enveloppe se monterait à 17 millions d’euros, contribuera t – elle à ramener la sérénité dans le quartier ? Oui, peut - être si la somme annoncée est allouée uniquement au quartier, En tous cas, nous souhaitons de tout cœur que l’Elsau change positivement et que l’appellation  prison de l’Elsau disparaisse. Cependant, permettez nous d’avoir quelques doutes car les 17 millions annoncés suffiront-ils. ? Quand on sait que si l’on compare les sommes engagées pour le quartier des Hirondelles à Lingolsheim, on est loin du compte**. Par ailleurs, je ne sais que penser des informations données par le secrétaire général de la confédération du logement qui parle seulement de 7 millions à partager entre la ville de Mulhouse et le Bas-Rhin, ou la réponse plus nuancée de M. Cahn, sur le montant de l’enveloppe lors du forum de l’Elsau.

     

    Enfin pour terminer mon propos, je voudrais m’adresser au législateur qui comme chacun sait est à l’origine des lois, en l’occurrence vous M le Député mais aussi à vous M le DDSP qui êtes l’autorité chargée de faire appliquer ces lois, d’expliquer ce que l’honnête citoyen ne comprend pas.

    -pourquoi certaines victimes de tapages n’ont pas satisfaction dans leur demande. On peut comprendre que ce genre d’intervention n’est pas prioritaire mais de là, à attendre des heures. Si vous pouviez nous préciser sur ce sujet le rôle de la Police Nationale et celui de la Municipale laquelle semble plus orientée à intervenir au centre ville au détriment des quartiers ?

    -pourquoi cette impunité qu’ont les auteurs de rodéo ? Il semble qu’au plus haut niveau on interdise les poursuites confortant ainsi les auteurs dans leurs actions. Les services de police ont-ils les moyens humains, légaux et matériels pour assurer leurs missions ?  

    -la rue Watteau que faire ? Je rappelle la présence permanente d’individus qui proposent de la came, perturbant les passants, les riverains et le voisinage. A quoi servent les caméras de vidéosurveillance ? Est-il possible d’en implanter ailleurs ? Par exemple rue Vélasquez ?

    -pourquoi cet abandon, ce délabrement du mobilier urbain surtout au 80 rue Martin Schongauer et ailleurs (abribus) ?

    Enfin M le Député, le mur anti - bruit de l’autoroute dont on parle depuis plusieurs années et dont vous nous avez assuré que le budget était là, semble bloqué dans le secteur de la rue des Foulons, pouvez vous nous apporter des précisions sur ce sujet ?

     

    Nous sommes conscients que Rome ne s’est pas faite en un jour mais d’année en année, d’assemblée générale en assemblée générale, nous évoquons les mêmes sujets, les mêmes demandes, pour quel résultat ? Certes, les élus ne portent pas l’entière responsabilité de nos insatisfactions. La disparition des commerces, des banques n’est pas de leur fait ; toutefois si les responsables politiques qui se sont succédés au cours des vingt dernières années avaient su anticiper les problèmes que nous vivons aujourd’hui, nous n‘en serions pas là.

    J’en veux pour preuve  un  document de l’Eurométropole qui  résume en quelques mots, dans ses propos liminaires, la situation du quartier : « l’Elsau est caractérisé par une grande précarité sociale, qui évolue de façon particulièrement négative. Des statistiques suivent cette phrase et je peux vous assurer qu’elles confirment bien ce propos initial. Il est noté aussi que des tensions existent entre les populations, que le repli communautaire augmente et que cette situation globale s’accompagne d’une dégradation progressive du parc de logement social qui n’a connu aucune réhabilitation lourde depuis sa création au début des années 1970.

     

    Je voudrais toutefois terminer sur une note positive en vous disant M l’Adjoint que nous apprécions la qualité des relations qui nous animent vous, et nous AREL, avec un seul regret celui que trop peu de vos nouvelles, de vos annonces se concrétisent à court terme. Merci de m’avoir écouté, et éventuellement d’apporter des réponses à nos interrogations en précisant que j’ai essayé de synthétiser au possible nos attentes, certains sujets n’ont peut-être pas été cités, aussi je vous prie de m’en excuser, il y a tant de choses à dire et à faire sur le quartier.     

     

     

    Daniel VIDOT